Réservation Séjours Familiaux 2020

Avant de réserver un séjour

Je verifie mes
codes d’accès

Nous vous conseillons, avant le 8 février, de vérifier le bon fonctionnement de vos codes d’accès à votre espace personnel Passerelles. Si vous avez oublié votre mot de passe, appuyer sur le bouton « mot de passe oublié »

Je consulte mes
aides financières

Nous vous recommandons de consulter les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre. Elles sont notifées sur votre espace personnel. Vos droits ont pu changer, en raison d’un changement de situation professionnelle.

Je mets à jour
mon aide VACAF

Si vous êtes elligibles aux aides VACAF pour votre hébergement, merci de nous communiquer votre notification d’aide, afin que nous puissions la rentrer dans votre profil.

A partir du samedi 8 février à 10h00

Je choisis
ma destination

Si vous hésitez sur la destination, nous vous invitons à découvrir l’ensemble des 18 destinations proposées par le Réseau Passerelles avant de choisir votre séjour et de réserver.

Je réserve
directement

Si vous avez déjà sélectionné les séjours qui  vous intéressent, vous pouvez accéder directement à la page des tarifs et disponibilités où vous pouvez effectuer votre réservation.

Je n’ai pas réussi
à réserver

Si vous n’avez pas réussi à réserver le séjour de votre choix, nous pouvons vous aider à trouver une solution, en fonction des disponibilités restantes ou en organisant un séjour individuel accompagné.

MODALITES APRES LA RESERVATION

1. Pour bloquer une réservation, un acompte de 10% vous est demandé sur la réservation en ligne. Sans le versement de cet acompte, nous ne pouvons pas bloquer la réservation.

2. Une fois que vous vez effectué la réservation et que le paiement en ligne de l’acompte est validé, vous recevez un mail de confirmation de votre réservation et votre réservation est disponible sur votre espace personnel.

3. Suite à cette réservation, vous recevrez, par mail, un CONTRAT DE SEJOUR à signer en ligne, dans lequel vous serez invités à :

  • Choisir la formule d’assurance annulation
  • Définir les modalités de règlement
  • Choisir ou non l’option « accompagnement individuel »

ATTENTION : Vous disposez de 10 jours pour nous renvoyer le contrat de séjour. En l’absence de retour de votre part, la réservation sera annulée et l’acompte vous sera remboursé, hormis les frais de dossier de 60€

18 destinations en France

 

Localisez votre séjour sur la carte

Rubrique Aide & Questions

J’ai vu que des semaines avaient été réservées sur le planning, avant le 8 février. Pourquoi ?

Effectivement, il y a eu des semaines réservées avant le 8 février, malgré l’annonce de l’ouverture des réservations seulement au samedi 8 février à 10 heures, pour toutes les familles ayant rempli le formulaire de pré-demande 2020. Il s’agit, en réalité des semaines réservées dans le cadre des contrats résidents, pour les familles qui ont souscrit cette formule, avant le 31 janvier. Les contrats résidents représentent à peu près 40 semaines, en sachant que nous avons, par ailleurs, augmenté de 50 le nombre de semaines proposées, par rapport à 2019.

Pourquoi n’ai-je plus droit à l’aide de ma caisse de retraite, cette année ?

Plusieurs caisses de retraite soutiennent l’action du Réseau Passerelles, en prenant en charge les surcoûts liés au handicap, à raison d’une semaine par an et par famille. Pour en bénéficier, il faut être affilié à cette caisse. Nous connaissons votre affiliation grâce à la consultation d’une base de données, que nous mettons à jour régulièrement. Or, un changement de situation de professionnelle peut vous faire changer de caisse de retraite à laquelle cotise votre employeur et, de ce fait, vous perdez le bénéfice de l’aide de votre ancienne caisse de retraite. Pour le moment, trois caisses de retraite nous soutiennent : KLESIA, B2V et HUMANIS.

Pourquoi n’ai-je plus droit à l’aide de la CAF, après les 20 ans de mon jeune ?

Les conventions que nous avons passées avec près de 20 caisses d’allocations familiales en France permettent à de nombreuses familles de n’avoir aucun reste à charge sur les surcoûts liés au handicap. Mais ces conventions sont liées au bénéfice de l’AEEH (Allocation d’Education pour Enfant Handicapé). En général, après les 20 ans du jeune, la famille perd le bénéfice de l’AEEH pour mettre en place l’AAH (Allocation Adulte Handicapé) pour leur jeune. Pour les familles ayant un jeune de plus de 20 ans, toujours bénéficiaire de l’AEEH, il suffit de nous envoyer, par mail, une copie de votre notification AEEH et nous rétabliront l’aide.

Pourquoi certains séjours ne sont plus programmés cette année ?

En effet, nous avons déprogrammé deux destinations, que nous avons eu beaucoup de mal à remplir l’an passé (Pralognan et VSA Corrèze). Nous avons perdu, cette année, les Hauts du Gévaudan, qui ont été réquisitionnés pour la préparation des Jeux Paralypiques 2020. Nous regrettons la fin du partenariat avec Odesia Vacances sur le site du Thronnet, car malgré nos demandes, il ne nous sont proposé que des logements avec une seule chambre… Par contre, nous proposons 4 nouvelles destinations sur la façade atlantique, destination demandée à plus de 75% dans les formulaires de pré-demande 2020.

Pourquoi y-a t’il moins de logements PMR cette année ?

Oui, nous enregistrons une baisse des logements PMR, du fait de la suppression des séjours de VSA Corrèze et l’impossibilité de renouveler les Hauts du Gevaudan que nous avons appris tardivement. La difficulté, pour nous, c’est de trouver des logements vraiment adaptés, car nous voyons bien que les mobil-homes PMR dans les campings ne conviennent pas aux familles, c’est la chambre parentale qui est adaptée. C’est pourquoi, nous avons lancé en 2018, le programme de construction Les Chalets du Soleil, au Domaine du Pré et à Oléron. Nous en installons un autre cette année au Camping du Leveno. Nous espérons poursuivre ce programme pour l’été 2021, mais pour cela, nous aurons besoin « d’investisseurs à nos côtés » car nos fonds propres sont encore fragiles…

Pourquoi nos jeunes de plus de 18 ans ne peuvent plus accéder à tous les séjours ?

C’est une décision importante que nous avons prise l’an passé. A la fois sur le plan réglementaire et sur le plan pédagogique, le fait d’accueillir sur un même club enfant Passerelles, des enfants de 3 ou 4 ans avec des jeunes de 24 ou 25 ans n’est pas satisfaisant. Passerelles a été pensé, dans son concept, pour des familles partant en vacances avec leur enfant ou leur ado. Pour autant, nous avons souhaité continuer à accompagner les familles Passerelles qui ont un jeune qui a grandi et c’est pourquoi, nous avons décidé de proposer des destinations spécifiques. Nous vyons ces séjours comme un temps de transition, le temps que les familles imaginent ou trouvent d’autres solutions, comme VRF par exemple (Vacances Répit Familles).

Vous avez mis en place cette année l’option 1 pour 1. De quoi s’agit-il exactement ?

Le principe de Passerelles, c’est un accueil collectif, de 4 enfants par une équipe de trois personnes. Nous sommes attachés également à l’accueil des fratries. Nous sommes également ouverts à toutes les familles, quelle que soit la nature du handicap de l’enfant. Quelques familles nous font part, chaque année, de leur insatisfaction quant à la diversité des handicaps accueills, à la présence des fratries et souhaiteraient une prise en charge individuelle. D’autre souhaiteraient être accompagnées dans des sorties extérieures, à la plage, à la piscine… C’est pourquoi, nous expérimentons, cette année, ce nouveau dispositif qui garantit à la famille un accompagnant dédié à son enfant. Evidemment, cela représente un coût supplémentaire. 

Pourquoi avez-vous mis en place des horaires de club enfant plus réduits en 2019 ?

Les années passées, le Réseau Passerelles avait recours aux contrat d’engagement éducatif comme régime de contrat de travail pour les équipes, un peu comme cela se fait sur les centres de vacances. Mais ce dispositif n’est pas satisfaisant et non pérenne. Nous avons donc souhaité, l’an passé, « régulariser » cette situation et mettre en place de vrais contrats de travail, sur la base de 35 heures et cela nous permet de recruter des personnes qualifiées et expérimentées. L’amplitude horaire des clubs enfants est donc passé de 45 heures en 2018 à 36 heures en 2019, soit 9 heures de moyen. Mais la moyenne de fréquentation des enfants en situation de handicap est resté quasiment la même, avec une moyenne de 32 heures par enfant.

Allez-vous aménager, cette année, les heures d’ouverture sur les sites où sont proposées des excursions ou animations familiales ?

Oui, c’est prévu. Cela est indiqué sur les fiches descriptives des séjours. Sur les villages de vacances où des animations familiales ou des excursions sont prévues, nous aménagerons les horaires du club enfant, afin que les familles qui le souhaitent, puissent y participer. Nous ne connaissons pas encore les programmes d’animation des villages de vacances, mais dès que les connaîtrons, nous proposerons ces aménagements. Ce qui n’est pas toujours simple, c’est de satisfaire les aspirations des 4 familles sur un même site. Chacun, et c’est légitime, veut profiter le plus possible de son séjour, mais toutes les familles n’ont pas les mêmes attentes. Nous essayons toujours de composer et de trouver un équilibre…

Pourquoi les surcoûts restent identiques sur les destinations où vous ne logez plus les équipes ?

Le surcoût appliqué aux familles, de 1.250 € (dont 87% des familles sont exonérées grâce aux conventions que nous passons avec les CAF ou Caisses de Retraite), d’une part ne reflète pas la réalité, car en 2019, ce surcoût était de 1.466 € par semaine et par famille. D’autre part, c’est une moyenne. Certains séjours nous coûtent plus chers que d’autres, en raison de l’éloignement, du taux de remplissage, des frais d’acheminement de matériel, de coût de location de la salle pour le club enfant et, surtout s’il faut loger ou non l’équipe. Le fait de réduire le nombre de séjours où les équipes sont logées nous permet, progressivement de diminuer nos charges globales. Mais cela nous permet aussi d’investir dans de nouveaux services, comme la mise en place d’infirmières permanentes sur deux destinations, ce qui a représenté, en 2019, un coût de plus de 20.000 €. Donc, nous ne pouvons pas facturer aux familles le surcoût en fonction de la destination.

Pourquoi ne pouvons pas obtenir de devis avant de réserver les séjours ?

C’est un sujet très complexe. Pour fournir un devis, il faut que nous soyons en mesure d’assurer la prestation si la famille accepte le devis. Or, compte-tenu de notre système de réservations, avec cette année, déjà plus de 750 demandes, pour un peu plus de 400 places disponibles, nous ne pouvons établir un devis qu’au moment de la réservation, qui est disponible dans votre espace personnel. Par ailleurs, le système de demandes d’aide auprès de la MDPH, dont on connait parfois les délais assez longs, ne correspondent pas avec nos délais de réservation. Nous ne pouvons pas mettre en attente un logement le temps que la famille fasse sa demande et attende la réponse. Mais nous savons que c’est compliqué à comprendre et à accepter. Notre engagement, c’est d’essayer, chaque année, d’augmenter le nombre de conventions de préfinancement.

Comment fonctionne la nouvelle assurance annulation que vous proposez ?

Nous avons décidé, cette année, suite à certains nombre d’incompréhensions l’an passé, de renforcer la dimension contractuelle de notre plan de garantie annulation. Trois offres sont proposées. Une offre de base, comme sur la plupart des lieux de vacances, mais qui ne remboursent que 60% du coût du séjour, sur justificatif. Un second niveau propose un remboursement à 100 € des règlement effectués, mais toujours sur présentation de justificatif. Dans ces deux cas, une annulation 72 heures avant le début du séjour ne donne lieu à aucun remboursement, puisqu’il est impossible dans ce cas, pour nous, de trouver un remplaçant, et surtout, nous perdons l’aide de la CAF des 1.250 €. Aussi, nous avons proposé, cette année, une troisième offre, « Intégrale », qui vous garantit 100% de remboursement, sans justificatifs, jusqu’au jour du départ et qui vous assure même en cas d’interruption de séjour en vous remboursant au prorata des jours restant à effectuer.